LE TÉTANOS : C’est une toxi-infection due au bacille de Nicolaïer (Clostridium tetani), bacille gram positif, anaérobie strict, sporulé.

Le réservoir est essentiellement tellurique (terre et poussière). En état de spore, il résiste à la chaleur et à la désinfection chimique. L’incubation dure de 3 à 30 jours (en moyenne 8 jours). La mortalité reste fréquente malgré les moyens modernes de réanimation.
Le germe reste localisé dans la plaie et ne diffuse pas dans l'organisme. Il agit par la diffusion d’une neurotoxine qui provoque:

  • L’atteinte du système nerveux central par voie axonale centripète.
  • Se fixe au niveau des centres moteurs de la moelle épinière et du tronc cérébral.
  • Entraîne un blocage de la libération des neurotransmetteurs inhibiteurs des neurones alpha responsable d’une activité incontrôlée de ceux-ci (contracture tétanique).
  • Agit également au niveau du système nerveux autonome (stimulation adrénergique) et de la transmission cholinergique neuromusculaire.

La plaie susceptible d’être tétanigène est souillée de terre et de débris :

Les plaies, le plus souvent en cause, sont localisées aux membres inférieurs, provoquées par des corps étrangers et/ou souillées de terre (accidents de la voie publique, campagne, jardins). Les brulures étendues sont également une source d’infection. Il peut s’agir d’une plaie récente ou chronique. Le tétanos post-chirurgical, post abortum ou ombilical du nouveau-né est devenu exceptionnel de nos jours. On estime que le risque augmente avec l’âge puisque le taux de vaccination devient faible au-delà de 50 ans.

LE VACCIN ANTITÉTANIQUE :

VAT : anatoxine tétanique 0,5 ml en IM (ou SC si troubles de la coagulation avec compression). Conservation entre +2 et +8 °C (ne pas congéler).
La vaccination est obligatoire pour les enfants, les jeunes en milieu scolaire, la femme enceinte, les militaires et pour les professions exposées. Il n'existe pas de contre-indication. Parfaitement bien tolérée, il offre une protection efficace à un coût extrêmement faible.
Enfant : à partir de l’âge de 2 mois (3 injections à 1 mois d'intervalle). Rappel à 1 an, 5 ans, et tous les 10 ans. On estime que l’immunité persiste plus de 20 ans lorsqu’on reçoit les 5 doses de vaccin.
Femmes enceintes : 2 doses successives de ce vaccin avec un intervalle minimal de 4 semaines, la première injection devait être administrée de préférence 90 jours ou plus avant l'accouchement
Chez l'adulte : 2 doses successives à 1 ou 2 mois d'intervalle, suivies d'une dose de rappel administrée 6 à 12 mois après la 2e injection.

LE SERUM ANTITÉTANIQUE :

SAT : immunoglobuline humaine tétanique 250 UI/2ml en IM (ou SC si troubles de la coagulation avec compression).  Ces sont des anticorps d’origine humaine, spécifiques et neutralisants. Les sérums d’origine équine, ayant un risque d’allergie plus fréquent, sont aujourd’hui abandonnés. La durée d’action est de 30 jours maximum.
La dose minimale est de 250 UI, y compris pour les enfants, nourrissons, prématurés ou nouveau-nés hypotrophiques. Cette dose peut être doublée en cas de plaie à haut risque ou si la blessure a eu lieu plus de 24 heures auparavant ou pour les adultes dont le poids est supérieur à 80 kg.
Indications : plaie fortement tétanigène chez les personnes qui n’ont jamais eu de vaccination antitétanique correcte ou qui sont incapables de savoir la date de leur dernière vaccination.
Inconvénients : à part son prix élevé par rapport au vaccin, il peut provoquer des effets indésirables tels que réactions allergique, rash cutané, érythème au point d'injection, frissons, hyperthermie, malaises,…
Ce médicament ne doit être administré au cours de la grossesse qu'en cas de nécessité bien établie.

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PLAIE :

Toutes les plaies doivent être soigneusement nettoyées avec du sérum physiologique, avec ablation des corps étrangers et des tissus nécrotiques puis bien désinfectées.
Évaluer la situation vaccinale du patient et le risque tétanigène de la plaie.
•Aucun risque : sujet correctement vacciné.
•Le risque est minime : abrasion cutanée, plaie minime et propre.
•Le risque est important : plaie étendue, souillée, avec corps étrangers, morsure grave, brûlure profonde ou étendue, gangrène, avortement septique. Dans les cas à haut risque, ou vue tardivement, une antibiothérapie prophylactique est recommandée (amoxicilline).

Vaccin antitétanique

** Injecter VAT et SAT en deux sites différents.