methanolIntoxication rare mais très grave. Il s’agit souvent d’un empoisonnement collectif.

 

Le méthanol CH3OH (alcool méthylique ou alcool de bois) est utilisé comme solvant, carburant et matière première dans l’industrie chimique. Par exemple : lave glace, antigels, décapants, eau de radiateur, diluants de peinture et vernis.
Il est présent en très faible quantité dans les légumes et les jus de fruit. Sa production en grande quantité est industrielle.
C’est un liquide incolore, volatil, de gout sucré et d’odeur caractéristique.

TOXICITÉ :

Voies d’intoxication : digestive ou inhalation. La voie cutanée est possible.
• Le méthanol est métabolisé par le foie en formaldéhyde. Celui-ci est ensuite transformé en acide formique responsable de la toxicité.
Début des symptômes : de 10 à 24 heures après ingestion.
Dose toxique : 0,1 à 2 ml/Kg., deux cuillères à soupe (30 ml) est une dose toxique pour l’adulte et mortelle pour un enfant. Il existe en fait une grande variation individuelle.

CIRCONSTANCES :
L’ingestion accidentelle est rare, on observe surtout des intoxications collectives mortelles lors de la consommation d’alcool éthylique mélangé au méthanol. C’est le cas des alcools frelatés de fabrication artisanale ou de contrebande (Whisky, Vodka, Pastis, etc).

Certains vins fabriqués à partir des fruits ou grains peuvent contenir du méthanol, comme le “jus de palme” (Legmi).

  • En 2011, au Bengale (Inde) : 162 personnes sont décédées.
  • En 2013, Libye : 827 cas d'empoisonnement par l’alcool de contrebande, dont 18 femmes, 80 au moins d’entre eux sont morts.
  • En 2016
    • Pakistan : 24 personnes décédées à la fête de Noel.
    • Russie : 117 personnes intoxiquées dont 71 sont mortes après avoir bu de l'huile de bain parfumée (antigel). (On estime à 1000, les décès en 2014, par consommation de Vodka artisanale à bas prix).
    • Ukraine : Au moins 58 personnes ont péri par l'alcool frelaté.
  • En 2017, à Djerba - Zarziz, Tunisie : 11 hommes sont décédés après avoir consommé de l’alcool vendu dans un entrepôt non autorisé. Cinq autres victimes ont été hospitalisés, un sixième a perdu la vue..

TABLEAU CLINIQUE :
• Après une période latente de 8 à 12 heures, l’intoxication débute généralement par une ivresse, céphalée, vertiges, asthénie et somnolence.
• On observe souvent des douleurs abdominales, avec des vomissements.
• Les troubles visuels sont précoces : pupilles en mydriase aréactive, cécité définitive par atteinte du nerf optique.
• Acidose métabolique avec dyspnée de Kussmaul et trou anionique élevé (>16 mmol/L).
• L’état de choc, le coma et les troubles respiratoires conduisent à la mort.

DIAGNOSTIC POSITIF :
Dosage toxicologique du méthanol ou de ses métabolites dans le sang.

TRAITEMENT :
• Ne pas faire vomir. Ne donnez rien à boire.
• Charbon végétal activé : aucun effet.
• Traitement symptomatique de l’acidose par du bicarbonate.
• Prévention de l’hypokaliémie.
• Intubation et ventilation assistée dans les formes graves.
• Hémodialyse : épure les formates et corrige l’acidose métabolique, doit être précoce.

ANTIDOTES :
L’alcool éthylique annule l’effet du méthanol en s’opposant à son dégradation en formaldéhyde.
Soit par voie orale : Whisky ou Vodka par sonde gastrique ? (À condition que ce soit du bon cette fois ci !!). Inconvénients : non disponible à l’hôpital et expose à l’intoxication éthylique.
• Soit par voie intraveineuse : Éthanol (CURÉTHYL®) 26 % IV Amp de 20ml : traitement abandonné à cause du risque surajouté d’intoxication éthylique.

On préconise actuellement le 4-méthylpyrazole (FOMÉPIZOLE®) ou (ANTIZOL®) : en IV lente, dilué dans 250 ml d’une solution de NaCl à 0,9% ou glucosé à 5%. La dose de charge est de 15 mg/kg, administrée sur 30 à 45 minutes. Elle est suivie de doses d’entretien de 10 mg/kg toutes les 12 heures. Le traitement par le fomépizole bloque la formation des métabolites toxiques de l'éthylène glycol et du méthanol et induit un allongement de leur demi-vie plasmatique.
Cet antidote est non disponible dans la plus part des hôpitaux !

© 2017 - efurgences