Datura intoxicationLe datura stramonium est une plante herbacée annuelle à odeur fétide de 30 cm à 2 m de haut.

 Le fruit est une capsule, mesurant de 5 à 10 cm de diamètre, recouvert d'épines effilées. Il renferme des multiples graines brunes de 2 à 3 mm. Les fleurs sont blanches ou jaunâtres s'ouvrant en entonnoir à cinq lobes. Toutes les parties de la plante sont toxiques.

Utilisée depuis l’antiquité comme plante médicinale. E. Schmidt, en 1892, a isolé un médicament antispasmodique très connu : Scopolamine ou Hyoscine (BUSCOPAN®).

Vu son caractère ornemental,la plante est souvent retrouvée dans les jardins des maisons et les lieux publics. Elle est responsable parfois d'intoxications accidentelles chez l'enfant ou volontaires chez les adolescents.

Plusieurs noms selon les pays :
Stramoine, pomme-épineuse, herbes-aux-taupes, chasse-taupe, herbe du diable, endormeuse, Jimson weed, pomme poison, trompette des anges ou trompette de la mort.
Connu au Maroc sous ses noms arabes : chedcq-e-jemel, Alghita, et amazigh : taburziguen’t.
En Tunisie : Koukhra.

Principes actifs :
Trois alcaloïdes anti cholinergiques : l’hyoscyamine, l’atropine et la scopolamine

Plantes proches :
Atropa belladonna qui contient la teinture de belladone à action anti inflammatoire et anti fièvre. Intoxication comparable à l'atropine aussi.

Signes cliniques :
Plante toxique daturaL’intoxication est annoncée par une mydriase avec photophobie et vue trouble, rapidement suivies par une sécheresse de la bouche, une soif intense, une dysphagie, des nausées et une difficulté de l’élocution. Des signes cardio-vasculaires : tachycardie, palpitations et hypertension artérielle.

Signes neuropsychiques constants : délire, hallucinations, amnésie, état confusionnel rappelant l’ivresse alcoolique et un coma dans les formes graves.
L’évolution est habituellement favorable après quelques heures.
Les formes graves se compliquent de convulsions, hyperthermie maligne pouvant atteindre 41°C, tachycardie sinusale et fibrillation ventriculaire. Très rarement, le pronostic vital peut être menacé par des troubles de rythme et arrêt cardiorespiratoire.

De fortes doses peuvent entraîner un coma, une paralysie médullaire et décès.

Traitement :

  • Épuration digestive : Charbon végétal activé.
  • Diazépam (VALIUM) en cas d’agitation, de délire, d’hallucinations et/ou de convulsions.
  • Surveillance clinique des paramètres vitaux. ECG et monitorage continue de la fonction cardiaque.
  • Dans les formes graves : intubation et ventilation assistée.

©2017 efurgences