vaccinationLa vaccination est efficace et généralement sans risque lorsqu'on respecte la bonne technique et les contre indications mais omme tous les médicaments, un vaccin n'est pas totalement anodin.
On entend par manifestation post-vaccinale indésirable (MAPI) tout événement médical fâcheux qui se produit à la suite de l'administration d'un vaccin même si la cause n'est pas prouvée.

LES MAPI SONT DIVISÉES EN CINQ CATÉGORIES :
1. Réaction liée au vaccin lui-même : par exemple un œdème important du membre suite au vaccin DTC.
2. Réaction liée à un défaut de qualité du vaccin : exemple d'un lot de vaccin antipoliomyélitique non totalement inactivé, il peut entraîner des cas de poliomyélite paralytique. C'est la faute du fabriquant.
3. Réaction liée à une erreur de manipulation du vaccin, de prescription ou d'administration : par exemple une infection transmise par un flacon multidoses contaminé, non respect des contre indications ou faute technique. Ces erreurs sont humaines.
4. Réaction liée à l'anxiété : par exemple le malaise vagal d'un adolescent pendant ou après la vaccination. C'est une réaction d'anxiété (stress, peur) qui entraîne une bradycardie, hypotension voire un évanouissement.
5. Evénement fortuit : c'est l'apparition concomitante d'un symptôme (ou maladie) qui n'est pas en liaison avec la vaccination.

LES RÉACTIONS AU VACCIN PEUVENT ETRE CLASSÉES EN DEUX GROUPES :
a) RÉACTIONS MINEURS :
-Locales : douleur, œdème ou rougeur au site d'injection.
-Systémiques : fièvre, malaise vagal, douleur musculaire, céphalées ou perte d'appétit.
Ces signes apparaissent dans les heures qui suivent la vaccination et disparaissent peu de temps après. Leur traitement est symptomatique. Paracétamol pour la fièvre ou la douleur, allonger le sujet sur le dos en cas de malaise et lui donner des liquides à boire.
b) RÉACTIONS SÉVÈRES :
Sont exceptionnelles mais parfois graves.
. BCG : dissémination fatale de l'infection (délai 1 – 12 mois)
. Polio : poliomyélite paralytique (délai 4 – 30 jours)
. DTC : pleurs prolongés, convulsions fébriles, épisode d'hypotonie-hyporéactivité* (délai 0 – 24 heures)
. Rougeole : convulsions fébriles (délai 6 – 12 jours), thrombopénie (délai 15 – 35 jours), allergie ou choc anaphylactique** (délai 1 heure).
*hypotonie-hyporéactivité (vaccin coqueluche) : perte aigue de la sensibilité ou une perte de conscience accompagnée de pâleur et d'hypotonie musculaire. Il guérit sans séquelles.
**choc anaphylactique : risque fatal en absence de traitement par l'adrénaline.

A remarquer enfin :

- Qu'un vaccin mal conservé au froid ou périmé est inefficace tout simplement. Il n'y a pas d'effets indésirables spécifiques décrites.
- On dit que la vaccination est obligatoire. En réalité, et en dehors des urgences vitales, aucun acte médical ne peut être fait sans le consentement du patient ou des parents pour les mineurs.

© 2016 - Dr Mounir Gazzah

Référence : OMS "les bases de la sécurité des vaccins" vaccine-safety-training.org