Actualisation des actes de biologie médicale relatifs au diagnostic des échinococcoses larvaires
Juillet 2017 : Haute Autorité de Santé HAS France.
Les échinococcoses sont des zoonoses causées par des larves de ténias du genre Echinococcus, appartenant à la famille des Taenidés (vers plats). Il existe plusieurs espèces d'Echinococcus, dont les deux plus fréquentes chez l’homme sont E. multilocularis et E. granulosus, responsables respectivement de l'échinococcose alvéolaire et de l'échinococcose kystique, appelée aussi hydatidose ou kyste hydatique.

Étape 1 : L'E. granulosus adulte mesure 3 à 6 mm de long et réside dans l'intestin grêle des hôtes définitifs que sont le chien ou tous les canidés. Dans un premier temps, les proglottis5 (anneaux) gravides libèrent les œufs qui passent dans les selles.
Étapes 2 et 3 : Après ingestion par un hôte intermédiaire (moutons, chèvres, porcs, bovins, chevaux, chameaux et tous les mammifères y compris l’homme), l'œuf éclot dans l'intestin grêle et libère une oncosphère, celle-ci pénètre dans la paroi intestinale et migre à travers le système circulatoire vers divers organes, en particulier le foie et les poumons.
Étape 4 : Dans ces organes, l'oncosphère se développe en un kyste entouré d’une coque fibreuse, très peu cellulaire, qui croit progressivement et peut renfermer des centaines de milliers d’éléments infestant appelés protoscolex . L'hôte définitif est infecté par l'ingestion des organes contenant le kyste de l'hôte intermédiaire infecté.
Étapes 5 et 6 : Après ingestion par l’hôte définitif (le chien), les protoscolex se dévaginent et donnent chacun naissance, par bourgeonnement, à un E. granulosus adulte (l’évolution vers les stades adultes se fait en 32 à 80 jours).

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES ÉCHINOCOCCOSES
La conclusion de cette étude faite par la HAS :
• il est indiqué de réaliser simultanément deux techniques de recherche des anticorps sériques; les deux techniques sérologiques de référence sont l’ELISA (EIA) et l’HAI
• en cas de résultat positif obtenu avec au moins une de ces deux techniques, une confirmation est nécessaire
• en cas de résultats négatifs avec les deux techniques, mais en présence d’un tableau clinique et de données d’imagerie très en faveur d’une échinococcose, une confirmation est également nécessaire
• dans ces deux cas, la technique sérologique de référence pour la confirmation est l’immunoempreinte (Western blot)
• l’IE est réalisée sur le même échantillon que la recherche initiale et il n’est pas nécessaire de d’effectuer un nouveau prélèvement
• le suivi des patients est à réaliser en même temps qu’un examen itératif du sérum ayant servi à la recherche initiale, par une technique EIA, associée ou non à une technique d’HAI en fonction des patients et des traitements
le suivi sérologique est réalisé chez tous les patients une à deux fois par an.

Téléchargez le document complet en PDF 63 pages : Diagnostic biologique des échinococcoses – HAS 2017