Oedème de QuinckALLERGIE AIGUË : CE QU’IL FAUT SAVOIR
- La réaction allergique se manifeste par différents symptômes : rhinite, asthme, eczéma, urticaire et/ou conjonctivite.
- L'angio-œdème ou œdème de Quincke est l’œdème rapide de la peau, des muqueuses et des tissus sous-muqueux (souvent à la face et au cou) entrainant l’obstruction des voies aériennes et peut provoquer une asphyxie aigue.
- Le choc anaphylactique est la forme la plus grave de l’allergie qui nécessite un traitement immédiat. Il débute soit progressivement avec prurit, urticaire, œdème de Quincke ou une gêne respiratoire (bronchospasme) soit de façon brutale avec effondrement de la tension artérielle, perte de la conscience et risque imminent d’arrêt cardiaque. C’est une urgence vitale.
Le diagnostic différentiel entre choc anaphylactique et choc vagal est parfois difficile dans le cas par exemple d’un patient qui présente une lipothymie et hypotension suite à une injection médicamenteuse ou douleur aigue. Dans le choc anaphylactique on observe une tachycardie, la peau est chaude et rougeâtre (à cause de la vasodilatation) alors que dans la malaise vagale le patient est pâle et bradycarde.


CONDUITE A TENIR DEVANT UN CHOC ANAPHYLACTIQUE :

  • ADRENALINE® : diluez une ampoule de 1 mg dans une seringue de 10 cc Nacl, injectez, en IV, 1 ml (0,1 mg) toutes les minutes jusqu’à l’amélioration des signes. Chez l’enfant 1 µg/Kg/min.
    Si abord veineux difficile : 0,25 mg en IM ou 0,5 mg en S/C, à renouveler si besoin.
    Si le choc persiste : REMPLISSAGE par soluté salé physiologique voire perfusion d’Adrénaline® à la pousse seringue électrique.
  • CORTICOÏDES INJECTABLES : à débuter le plus tôt possible bien que leur action est tardive.
  • BETA 2 STIMULANTS (Bricanyl® ou Ventoline®) : en aérosol et seulement en cas de bronchospasme (dyspnée et sibilants)
  • ANTIHISTAMINIQUES : action plutôt préventive et peu efficaces sur le choc. A préférer les antihistaminiques de 2ème génération : prise journalière unique et non sédatifs mais contre-indiqués chez l’enfant.
  • SURVEILLANCE CLINIQUE : les rechutes sont possibles dans les heures qui suivent +++
  • RECHERCHEZ LA CAUSE afin de prévenir les récidives +++ Les causes fréquentes sont médicamenteuses, alimentaires, piqûres d'insectes, etc.

Téléchargez en PDF : Livre Mémento médicaments de l'urgence - Chapitre 12

©2016 efurgences
Photo : wikipedia


TESTEZ VOS CONNAISSANCES :

1) En cas d'allergie aiguë à la pénicilline avec érythème généralisé, signes de choc et pouls rapide ou filant, LE meilleur traitement efficace et immédiat est :






Please answer the question.