naloxoneNALOXONE Chlorhydrate (NARCAN®) :

Injectée à des sujets ayant reçu des morphinomimétiques, la naloxone antagonise tous leurs effets, essentiellement la dépression respiratoire (qui est l'effet indésirable majeur).
Son action dépend :

- de la dose,

- de la puissance du morphinomimétique à antagoniser

- et de l'intervalle séparant les injections des deux produits.
La naloxone existe en ampoule injectable

NALOXONE Aguettant®, NALOXONE Mylan® et NARCAN®dosées à 0,4 mg/ml (ampoule de 1 ml), destinée à l’adulte et l’enfant de plus de 3 ans

Pour lever l’action des morphiniques, une titration est indispensable.
ƒEn cas d'administration trop brutale : possibilité de survenue d’un syndrome aigu de sevrage des morphiniques se traduisant par:
• frissons
• hyperventilation
• vomissements
• excitation psychomotrice
• anxiété
D’où l’intérêt de la titration et de doses progressives :
Diluer une ampoule 1 ml de Naloxone (0,4 mg) dans 9 ml de sérum physiologique, soit 0,04 mg/ml.
Injecter 0,04 mg de principe actif (soit 1 ml de cette dilution) chez l’enfant et 0,08 mg de principe actif (soit 2 ml de
cette dilution) chez l’adulte, par voie IV.
- Si l’amélioration clinique est jugée insuffisante, administrer 0,04 mg (1-2 µg/kg) toutes les 3 min jusqu'à obtention d'un
niveau de sédation et ventilation satisfaisants.
Cette dose permet une levée de la dépression respiratoire.
ƒ La levée brutale de l'analgésie conduit à une augmentation du débit cardiaque et des résistances systémiques avec augmentation de la consommation d'oxygène pouvant entraîner une hypertension artérielle et une tachycardie.

 Fiche de bon usage - OMéDIT Centre (Mars 2015) : à télécharger en PDF