Une jeune fille de 23 ans, venant d’un milieu socio-économique défavorisé, travaillant comme femme de ménage dans un hôtel, a été admise au service des urgences. Amenée par ses parents, ils rapportaient un comportement bizarre, récent et inhabituel de leur fille.

Au premier examen, l’allure de la patiente contrastait totalement avec celle de ses parents (look très branché).
La jeune fille était très anxieuse, agitée et confuse. Elle présentait un délire de persécution, une irritabilité, une insomnie, des troubles de la mémoire et une agressivité verbale. Elle disait des propos obscènes et se plaignait de douleurs musculaires diffuses.
L’examen clinique ne montrait rien de particulier hormis une mydriase bilatérale réactive.

Le diagnostic d’une intoxication aiguë a été suspecté. Des prélèvements du sang, du contenu gastrique et des urines ont été faits à la recherche en premier lieu des stupéfiants habituels (cannabis, opiacés, cocaïne, benzodiazépines, trihexyphénidyle, solanacées,…).

La recherche générale des toxiques et des stupéfiants généralement incriminés et habituellement dépistés au niveau des produits biologiques s’est révélée négative.

Le bilan biologique standard était normal.
Le scanner crânien éliminait toute anomalie cérébrale.

Un avis psychiatrique a été demandé.

Quel est votre diagnostic ?