échographiePREMIER NIVEAU DE COMPÉTENCE POUR L'ÉCHOGRAPHIE CLINIQUE EN MÉDECINE D’URGENCE.

Recommandations de la Société française de médecine d’urgence par consensus formalisé.

Mai 2016 : L’utilisation de l’échographie en médecine d’urgence est incontournable. La Société française de médecine d’urgence (SFMU) a pris l’initiative de l’élaboration de recommandations d’un premier niveau de compétences d’échographie clinique en médecine d’urgence (ECMU), dans son champ d’investigations et sur ses modalités d’enseignement et de maintien des compétences. Ces recommandations s’appliquent à la pratique de la médecine d’urgence dans ces différentes modalités d’exercice : intra et extrahospitalière, médecine de catastrophe, 2 médecine d’exception, milieu isolé ou périlleux.

Ce document présente les items jugés appropriés, ce que peut faire l’urgentiste. Les items jugés inappropriés ou incertains (hors compétence de l’urgentiste) sont cités en fin de texte.

Il faut que l’urgentiste soit capable de détecter :

Au niveau de l’abdomen : un épanchement péritonéal de moyenne à grande abondance, une dilatation des cavités pyélocalicielles et une dilatation vésicale (rétention d’urine), un cathéter de Foley intravésical, un anévrisme de l’aorte abdominale.

Au niveau du thorax : un épanchement pleural liquidien de moyenne ou grande abondance, un épanchement pleural gazeux, reconnaitre les lignes A et B en particulier dans le cadre de l’œdème aigu du poumon, une condensation pulmonaire, épanchement péricardique de grande abondance. Il est recommandé que l’urgentiste soit capable d’évaluer la fraction d’éjection (FE) du ventricule gauche (VG) de façon empirique (effondrée, intermédiaire, normale). Il est recommandé que l’urgentiste soit capable d’évaluer la dilatation du ventricule droit (VD). Il faut que l’urgentiste soit capable de détecter et mesurer la VCI

Membres, articulations : Il est proposé que l’urgentiste soit capable de détecter un épanchement intra-articulaire, un corps étranger des tissus mous, une collection liquidienne.

En Pédiatrie : Il faut que l’urgentiste soit capable de détecter une dilatation des cavités pyélocalicielles en pédiatrie, une collection liquidienne des tissus mous en pédiatrie. Il faut que l’urgentiste soit capable d’intégrer l’échographie dans un algorithme de prise en charge du traumatisé grave en pédiatrie. Il est proposé que l’urgentiste soit capable de détecter un épanchement intra-articulaire en pédiatrie. Il est proposé que l’urgentiste soit capable de réaliser un échoguidage pour l’ablation de corps étranger des tissus mous en pédiatrie, un échorepérage pour la réalisation d’une ponction pleurale en pédiatrie, un échorepérage pour la mise en place d’un cathéter sus-pubien en pédiatrie, échoguidage ou échorepérage pour la mise en place d’une VVC fémorale en pédiatrie, un échoguidage ou échorepérage pour la mise en place d’une VVP en pédiatrie.

Il faut que l’urgentiste soit capable d’intégrer l’échographie dans un algorithme de prise en charge d’un état de choc. Il faut que l’urgentiste soit capable d’intégrer l’échographie dans un algorithme de prise en charge d’une dyspnée. Il faut que l’urgentiste soit capable d’intégrer l’échographie dans un algorithme de prise en charge d’une douleur thoracique. Il faut que l’urgentiste soit capable d’intégrer l’échographie dans un algorithme de prise en charge du traumatisé grave. Il faut que l’urgentiste soit capable de réaliser un échoguidage pour la mise en place des voies veineuses périphériques. Il faut que l’urgentiste soit capable de réaliser un échoguidage ou échorepérage pour la mise en place d’une voie artérielle. Il faut que l’urgentiste soit capable de réaliser un échoguidage ou échorepérage pour la mise en place d’une voie veineuse centrale. Il est proposé que l’urgentiste soit capable de réaliser un échoguidage pour la réalisation d’une ponction péricardique. Il faut que l’urgentiste soit capable de réaliser un échorepérage pour une ponction d’ascite. Il faut que l’urgentiste soit capable de réaliser un échorepérage pour la mise en place d’un cathéter sus-pubien.

Il est proposé que l’urgentiste soit capable de contrôler l’intubation intratrachéale. Il faut que l’urgentiste soit capable de réaliser un échorepérage pour la réalisation d’une ponction pleurale. Il est proposé que l’urgentiste soit capable de réaliser un échoguidage pour la réalisation d’une ALR des nerfs cubital, radial, médian. Il est recommandé que l’urgentiste soit capable de réaliser un échoguidage en cas de réalisation d’un bloc du nerf fémoral.

Il faut que les médecins urgentistes qui pratiquent l’échographie aux urgences puissent justifier d’une formation. Il faut que les médecins urgentistes entretiennent leur compétence au minimum par le biais d’une pratique régulière. Il est recommandé que les urgentistes acquièrent leur compétence par une formation universitaire, une formation hospitalière formalisée ou s’inscrivant dans le développement professionnel continu (DPC).

Il est recommandé le choix d’un médecin référent en échographie dans chaque structure d’urgence. Il est recommandé l’utilisation d’un carnet de stage lors de la période d’apprentissage.

Il faut que chaque SMU dispose d’au moins un échographe. Il est recommandé que chaque SMU dispose exclusivement d’au moins un appareil d’échographie. Il est recommandé que chaque UMH du SMUR puisse disposer d’un échographe.

Il faut que l’échographe dispose d’une sonde abdominale (convexe basse fréquence). Il faut que l’échographe dispose d’une sonde cardiologique (phased array). Il faut que l’échographe dispose d’une sonde linéaire (haute fréquence). Il faut que l’échographe dispose d’un système de sauvegarde des images. Il est proposé que l’échographe soit connecté à un système de stockage des images (PACS). Il est proposé que l’échographe dispose d’une connectique permettant l’export et la sauvegarde des données. Il faut que l’échographe dispose d’un préréglage par typologie d’examen (preset).

Il faut que chaque examen fasse l’objet d’une conclusion (note clinique) dans le dossier d’observation du patient. Il est recommandé que les images cibles soient archivées dans le dossier médical du patient.

 Il faut qu’une procédure de désinfection de l’échographe soit disponible.

Pour Télécharger la recommandation :

  TEXTE LONG : site SFMU (PDF)

  TEXTE COURT : site SFMU (PDF)

 Autres références utiles :

Echographie rapide ciblée en urgence FAST ultrasound (Site Toracotomie.com)