arrêt cardiaque 2015 en françaisL'European Resuscitation Council a émis, en octobre 2015, ses recommandations sur la prise en charge de l'arrêt cardiaque. Les messages clés à retenir sont :

  • Alerte précoce dès qu'une personne ne répond pas et ne respire pas (ou anormalement). Elle est alors considérée en arrêt cardio-respiratoire (ACR).
  • Le massage cardiaque externe (MCE) doit être entrepris précocement après l'alerte, en association avec une ventilation artificielle (bouche-à-bouche) si le sauveteur est disposé et entraîné à le faire. A l'hôpital, une ventilation efficace, avec insufflateur manuel (BAVU), doit accompagner les compressions thoraciques. 30 compressions pour 2 insufflations.
  • Minimiser le plus possible les interruptions du MCE. Laisser le thorax revenir en position neutre entre chaque compression,
  • Une défibrillation précoce dans les 5 minutes après le diagnostic d'ACR (par fibrillation donc) permet un taux de survie avoisinant les 70%. Préférer les patchs adhésifs aux palettes manuelles pour minimiser les interruptions.
  • La capnographie est fortement recommandée pour monitorer le bon placement de la sonde d'intubation (35 à 45 mm Hg) mais aussi la qualité du massage cardiaque et indiquer la reprise d'une activité cardiaque spontanée (RACS) avec comme indicateur une capnométrie > 10-15 mm Hg.
  • L'intubation oro-trachéale (IOT) n'est pas la seule option pour la ventilation dans l'ACR et ne doit pas impacter la qualité du massage cardiaque. Elle doit être décidée en fonction de la situation, du patient (de ses antécédents) et des compétences/expérience de l'équipe médicale.
  • La circulation extracorporelle (ECMO) est intéressante et a montré son intérêt dans certaines situations mais rien n'est encore officiellement recommandé.
  • Pour les enfants/nourrissons (de 0 à 8 ans environ), les manœuvres de réanimation sont les mêmes, hormis l'alternance MCE/insufflations qui est désormais uniformisée à 15 compressions pour 2 insufflations (15/2) avec un rythme de 100 à 120 compressions par minute et une dépression du thorax qui doit être de 4 cm chez le nourrisson (moins de 1 an) et de 5 cm chez l'enfant (1 à 8 ans).
  • Médicaments : pas de changement

- Adrénaline 1 mg en IVD toutes les 3 à 5 minutes si asystolie, puis après le 3ème et le 5ème choc électrique externe (CEE) si fibrillation.
- Amiodarone (Cordarone) 300 mg IVD après le 3ème CEE, à renouveler si besoin après le 5ème CEE à la dose de 150 mg si fibrillation réfractaire.
- Atropine et Vasopressine n'ont plus leur place dans la réanimation d'un ACR.

Téléchargez la version française (en PDF) :
POINTS SAILLANTS de la mise à jour 2015 des Lignes directrices en matière de réanimation cardiorespiratoire (RCR). Édition de la Fondation des maladies du cœur